[ Covid-19] South African Airways, une seule alternative : privatisation ou liquidation pure et simple

0
365

La crise du coronavirus est en passe de faire une victime de taille dans le secteur du transport aérien africain, la compagnie sud-africaine South African Airways (SAA) déjà endettée de longue date et placée sous la tutelle d’administrateurs financiers. Le contexte international a accéléré sa chute. Le sauvetage promis à demi-mot par le gouvernement n’aura pas lieu.

RFI rappelle ce dimanche 3 mai que la compagnie aérienne South African Airways (SAA) venait de souffler ses 86 bougies. L’ancien étendard de l’Afrique du Sud n’aurait pourtant plus que quelques jours à vivre, selon les informations de la radio française.

Le gouvernement souhaite que SAA laisse place à une nouvelle compagnie « plus dynamique ». Car le dynamisme manquait à SAA, non-rentable depuis neuf ans et qui survivait jusqu’à présent grâce aux plans de renflouement.

Privatisation partielle

La chute avait déjà commencé en coulisses depuis six mois avec la vente de nombreux appareils et l’annulation d’une dizaine de liaisons internationales, dont celle entre Johannesburg et New-York via Dakar.

Les administrateurs financiers plaident pour une liquidation pure et simple. Le gouvernement refuse : sa préférence est de mettre en place une nouvelle compagnie, qui réutiliserait certains des actifs de SAA. Elle aurait deux têtes, l’une gouvernementale, l’autre composée d’acteurs du secteur privé.

Il s’agit en quelque sorte d’une privatisation partielle, qui fait peur aux syndicats. Le gouvernement a en effet promis que des sacrifices seraient exigés notamment aux 5 000 employés de South African Airways.

Tract