Dans le Témoin ce vendredi : le garde des Sceaux Malick Sall met son grain de poivre dans l’affaire Sonko-Adji Sarr

0
451

KEEMTAAN GI – BAISER POUR BAISER !
On pourrait penser que le substitut du procureur, qui a requis six mois de prison ferme pour sanctionner l’incartade de deux jeunes danseurs, serait de ces « Talibans » qui voudraient imposer le port du voile et aussi de jupes ou de pagnes qui couvrent les chevilles. Et nous priver ainsi de la contemplation des gracieux visages de nos femmes ainsi que de leurs belles cuisses. Sans compter leurs ravissantes poitrines ! L’avocat des deux malheureux a eu bien raison de lui rafraîchir la mémoire. Une mémoire dont on sait que, si elle va chercher du bois, elle ramène le fagot qui l’arrange. Bon, revenons à ce fait que nous avions complètement oublié et que l’avocat de nos jeunes danseurs a opportunément rappelé. Il s’était produit devant des millions de Sénégalais d’ici et de la diaspora. Vous savez, ce sport national dont on dit que c’est la passion du ministre de la Justice. Un grand combat opposant deux mastodontes, Gris Bordeaux et Yékini en l’occurrence. Avant même le coup de sifflet de l’arbitre, le premier avait servi à son adversaire un doux baiser. Ça n’avait dérangé personne. En tout cas, pas ces censeurs de Jamra et encore moins le Proc ! Personne n’avait mis ce coup de bisou de Gris sur le compte d’une volonté de saper nos si pures et hypocrites mœurs ! Car, c’est quand même dans ce pays qu’on a inventé cette si satanique danse du « Xaj Bi » dont le « Témoin » a longtemps fait ses choux gras dans les années 90 ! C’est ici aussi qu’on a créé d’autres danses obscènes comme le « Oubil Mbarka Ndiaye », le « Ndiaye Khollé », le « Arwatam Khagne ko si » et autres « Tatou Laobés » ou « Ventilateur ». Sans compter, bien sûr, ce si coquin « petit pagne » ou encore ces « dial-dialis » si excitants. Cela, bien sûr, notre procureur, qui doit être bien jeune, l’ignorait sans doute mais on se devait de le lui rappeler histoire de montrer que nos mœurs ne sont pas si innocentes que le prétendent certains. Beaucoup des choses se font dans ce pays à côté desquelles le bisou de Ahmeth Thiou et Amady Badiane était un pêché bien véniel. Cela, Mame Makhtar Guèye et l’imam Massamba Diop non plus ne l’ignorent pas ! Et si on devait condamner à six mois de prison ferme tous les amateurs — et pratiquants ! — de ces choses si sataniques, c’est sûr que toutes les prisons de ce pays ne suffiraient pas pour les remplir… Paroles de Kaccoors ! Bon, allons ! Le baiser de Gris Bordeaux, comparé à celui de ces deux malheureux qui doivent prolonger leur séjour en prison jusqu’au 6 juillet, en attente de la décision des juges, ne devrait quand même pas être moins offensant aux yeux de nos censeurs des moeurs. Bien entendu, à l’époque, même si le phénomène est récent, on ne développait pas cette phobie autour du mouvement LGBT dont les couleurs font également peur. Comme l’a dit l’avocat des deux jeunes gens, la charge du procureur est démesurément excessive. La justice doit faire preuve de plus de sérénité face à l’exagération de ces ONG qui vivent justement de ces désapprobations collectives. Comme nous, les animateurs de ces ONG sont de vrais Kàccoor mais enturbannés. Vous les avez entendus se prononcer sur les innombrables viols ou actes de pédophilie dont sont victimes nos mômes ? Apparemment, de telles causes n’intéressent pas leurs bailleurs. Pour en revenir aux danseurs de Wally Seck, et nous adressant à leurs juges, nous disons à ces derniers : « rendez donc ces jeunes gens à leurs familles et à leurs fans ! »
KACCOOR BI

AFFAIRE SONKO/ADJ SARR ME MALICK SALL PRECISE ET RASSURE !
Le ministre de la Justice, Me Malick Sall, était hier l’invité de l’émission « Entre Deux » de la 2Stv. Interpellé sur ce que l’opinion qualifie de « recul » de la Justice dans l’affaire l’affaire Sonko/Adj Sarr, Me Malick Sall a estimé que le juge a pris une bonne décision en mettant Ousmane Sonko sous contrôle judicaire. « Je ne suis pas un juge, mais je peux vous assurer qu’en tout cas, la Chancellerie ou l’Exécutif ne fera rien pour empêcher ou pour bloquer ce dossier. Pour moi, cette affaire c’est comme toutes les affaires pendantes devant les juridictions. Elle oppose deux Sénégalais. L’une qui estime avoir fait l’objet de viol, l’autre qui nie les faits. Face à ces deux versions, un juge est saisi ! Il a inculpé parce qu’il était obligé d’inculper parce qu’il y a quand même un PV qui fait qu’on peut nier le viol, on peut discuter mais la relation est claire, il y a des éléments qui ont permis au juge d’inculper. Mais normalement, s’agissant d’une personne majeure, la victime étant majeure, si elle dit quelque chose, l’autre a le droit de contester », a expliqué le ministre de la Justice. « Vouloir mettre le mandat de dépôt aurait été inconvenant. Parce que tout simplement dans les cas comme ça, le juge a besoin d’enquêtes, de procéder à des expertises, d’interroger des gens. Donc rien ne justifie, dans ces cas, que la personne soit placée sous mandat de dépôt. Je suis convaincu que le juge a pris la bonne décision en inculpant et en mettant sous contrôle judiciaire l’autre partie le temps que l’enquête se poursuive », a déclaré Me Malick Sall face à nos confrères de 2STV.

LOUIS CAMARA A 71 ANS
Né le 2 juillet 1950 à Saint – Louis du Sénégal, notre collaborateur, l’écrivain Louis Camara, Grand Prix du Chef de l’Etat pour les Lettres avec son roman « Le choix de L’Ori », célèbre, ce vendredi 02 juillet, ses soixante-onze ans. La belle coïncidence réside dans le le fait que le conte qu’il soumet à l’appréciation de nos lecteurs depuis le milieu du ramadan se termine justement ce vendredi 02 juillet. Joyeux anniversaire au Conteur d’Ifa à qui nous souhaitons d’autres succès littéraires encore avec d’autres belles créations.

DECLARATION DE PATRIMOINE  MME OFNAC NOTE DES MANQUEMENTS !
La présidente de l’OFNAC, Mme Seynbou Ndiaye Diakhaté, note des manquements liés à l’application de la loi relative à la déclaration de patrimoine au Sénégal. Des manquements qui seraient liés pour la plupart des cas à une mauvaise interprétation de la loi. «Une loi n’est jamais parfaite, parce qu’il y a toujours des insuffisances et des vides à combler ainsi de suite. C’est ce qui s’est passé avec la loi sur la déclaration de patrimoine, qui n’est pas seulement l’œuvre de l’OFNAC, la société civile et le secteur privé, tous se sont rendus compte qu’il y a des insuffisances qu’il faut combler», a avoué Mme Seynabou Ndiaye Diakhaté. Faisant le point sur la situation actuelle de la déclaration de patrimoine, la présidente de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption renseigne qu’à ce jour, la déclaration de patrimoine est à environ 59 %.»À ce jour, nous avons 1247 assujettis actifs comme inactifs, 788 déclarations d’entrée et 150 déclarations de sortie», a précisé Mme Seynabou Ndiaye Diakhaté au cours d’un atelier de sensibilisation sur le système sénégalais de déclaration de patrimoine destiné aux parlementaires…

CHOMAGE ET PAUVRETE  UN JEUNE CHERCHE DESESPEREMENT 50.000 FRANCS POUR RETOURNER AUX CHAMPS
Le chômage et l’extrême pauvreté des jeunes est une très dure réalité au Sénégal. En tout cas, l’employabilité des jeunes est une équation d’urgence que le président Macky Sall doit résoudre sans délai. Tenez ! Au moment où certains démunis s’affichent dans les médias pour chercher une aide financière dans l’espoir de se faire opérer d’une pathologie grave, d’autres jeunes ruraux cherchent de quoi retourner aux champs en cette période d’hivernage. Comme ce fut le cas du jeune Amadou Diao originaire de Kolda qui s’est invité dans notre rédaction pour y lancer un cri de détresse sociale au président Macky Sall, au ministre de l’Agriculture, Moussa Baldé, au ministre de la Jeunesse Néné Fatoumata Tall Mbaye et autres personnes de bonne volonté. « Depuis des années, je vis dans une extrême pauvreté à Dakar. Sans emploi, je n’arrive pas à avoir un travail journalier dans les chantiers et usines. Depuis un mois, je cherche désespérément une somme de cinquante mille francs (50.000) pour acheter des semences et retourner dans les champs à Kolda. J’ai entendu que le président Sall a débloqué des milliards pour aider les jeunes sans emploi. Moi, j’en fais partie ! Même pour manger à ma faim, c’est un problème. Je vis dans des conditions misérables à Dakar. Pour cela, je sollicite 50.000 cfa pour pouvoir investir dans l’agriculture » a confié Amadou Diao, agé d’une quarantaine d’années. Souhaitons que son cri de détresse connaisse un écho favorable.

Sentract