SENtract-

Macky Sall sur sa défaite à Keur Massar aux Locales
Visiblement, le Président Macky Sall ne digère toujours pas sa défaite à Keur Massar lors des élections territoriales. Face aux jeunes lors de son «Jokko ak Macky», le chef de l‘Etat n’y est pas allé de main morte. A l’en croire, avec toutes les ambitions qu’il a pour ce nouveau département, surtout dans le domaine éducatif, il est inacceptable qu’il ait perdu les élections locales. Et sans langue de bois, Macky Sall soutient: «J’ai perdu les élections à cause de la division de mes responsables politiques dans cette localité. Pour moi, c’est la principale cause.» Toutefois, il a promis d’appuyer le département dans le domaine éducatif et culturel. Concernant ce dernier secteur, le chef de l’Etat a promis de créer un grand centre culturel dans le département. Dans la foulée, il a promis l’octroi d’une fréquence pour que Keur Massar se dote d’une radio communautaire ; ce qui est une vieille doléance des populations.

Mamy Aby Sèye prend les commandes de la DER/FJ
Il a réservé la primeur de l’information aux jeunes et aux femmes de Keur Massar avec qui il dialoguait via zoom. En effet, le Président Macky Sall a annoncé hier, en direct de la séance zoom, la nomination de Mame Aby Sèye à tête de la DER. En effet, la désormais ancienne directrice générale du Fonds de Financement de la Formation et Technique (3Fpt) a la mission de continuer le travail de Pape Amadou Sarr. Urbaniste et titulaire d’un doctorat en Démographie, Mame Aby Sèye prend ainsi les rênes de la Der/Fj dont la gestion suscite toujours la polémique.

La Cour suprême réhabilite le juge Ngor Diop
La Chambre administrative de la Cour suprême a statué hier sur le recours du juge Ngor Diop. Président du tribunal d’instance de Podor, Ngor Diop avait été affecté, en août 2020, comme conseiller à la Cour d’appel de Thiès, suivant une consultation à domicile des membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (Csm), après avoir placé sous mandat de dépôt un marabout-pyromane. Ce, malgré les multiples pressions venues du procureur général de Saint-Louis et du ministère, d’après ses avocats. Selon les informations exclusives de «Libération online», la Cour suprême vient tout simplement d’annuler son affectation pour violation de l’article 6 du statut des magistrats.

Macky Sall invité à nommer son Premier ministre
L’attente des Sénégalais pour connaître le nouveau chef de gouvernement commence à devenir longue. Alors qu’on pensait que le Premier ministre allait être nommé juste après l’inauguration du stade Me Abdoulaye Wade, le Président Macky Sall continue de maintenir le suspense. Des voix commencent à s’élever pour rappeler au chef de l’Etat qu’il est en train de violer la loi. Le coordonnateur national du Forum Civil, Birahime Seck, invite le président de la République à respecter la cohérence constitutionnelle, en nommant un Premier ministre et en se conformant à la nouvelle architecture institutionnelle. M. Seck souligne que le chef de l’Etat et ses partisans n’ont pas cessé de communiquer sur le fait qu‘il avait besoin d’un Premier ministre parce que ses fonctions à l’Union Africaine seraient assez lourdes ; ce qui ne l’empêche pas pourtant de faire le tour du pays.

Le rappel d’Abdoul Mbaye à Macky
Restons sur la nomination du Premier ministre pour dire que ce n’est pas seulement la société civile que la question intéresse. Les hommes politiques aussi s’y mêlent. Le président de l’Act, Abdoul Mbaye, rappelle aussi que «Macky Sall, trop occupé par l’UA, le retour du PM fut présenté comme nécessaire». Ce dernier n’est pas encore nommé, dit-il, mais Macky Sall trouve pourtant le temps de se mettre déjà en campagne pour 2024. «Personne pour travailler et piloter le Sénégal», dénonce l’ancien Premier ministre. Il prévient que le Sénégal va droit au mur, car meetings, fêtes et dépenses seront suivis par un réveil particulièrement brutal.

Mandat d’arrêt international contre César Atoute Badiate
L’affaire du massacre de Boffa Bayotte a été appelée hier devant la barre de la chambre criminelle du Tribunal de Grande Instance de Ziguinchor. Mais sur 14 accusés, seuls 13 ont répondu présent. D’après la «Rfm», l’absent n’est personne d’autre que César Atoute Badiate. Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt international. L’ouverture du procès est fixée pour le 21 mars prochain. A rappeler que 14 bûcherons ont été tués le 6 janvier 2018 dans la forêt de Boffa Bayotte, non loin de la frontière avec la Guinée-Bissau.

Modernisation du marché central de Mbour
Dans quelques jours, le nouveau maire de la commune de Mbour va s’attaquer au chantier le plus sensible de la capitale de la Petite côte. Lors d’une rencontre qu’ils ont eu avec Cheikh Issa Sall, les commerçants ont demandé à ce dernier de désencombrer le marché dont les rues sont occupées par les tabliers et les ambulants. Cette occupation illégale de la voie publique a fini par faire du site une zone hors-la-loi. Il est difficile pour les piétons de se frayer un passage à plus forte raison une voiture. C’est pourquoi, les acteurs ont rencontré le maire de Mbour pour la mise en place d’un cadre de concertation dont le but est l’aboutissement de la satisfaction de leurs doléances. Le secrétaire général de l’union des marchands ambulants et petits commerçants du marché central de Mbour pense que la municipalité doit moderniser le marché. Selon Mamadou Kane, les principaux problèmes du marché central sont l’occupation illégale de la voie publique, le manque d’éclairage public, l’absence de bouches d’incendie et de canalisations. Pour sa part, le maire a promis aux marchands qu’il fera de son mieux pour satisfaire leurs doléances. Cheikh Issa Sall promet de refaire la canalisation, d’augmenter les bouches d’incendie et de dégager quelques rues afin de faciliter l’accès au marché. C’est pourquoi le 20 mars, la municipalité va nettoyer le marché, curer le canal et refaire les toilettes.

Il envoie les images intimes de sa petite amie à ses parents
Les éléments du commissariat Ndamatou de Touba ont mis la main sur un homme accusé par sa petite amie d’avoir partagé ses images intimes à travers l’application WhatsApp. Ayant pris le téléphone portable de sa copine à son insu, il a réussi à accéder à son compte WhatsApp, sans que cette dernière le sache. Ce qui sera fatale pour la jeune fille. Car son copain, désireux de satisfaire sa libido avec elle, lui a demandé de quitter Fatick où elle habite pour venir récupérer le téléphone portable qu’il lui a acheté. Dès qu’elle est arrivée à la capitale du Mouridisme, elle a fait l’objet de chantage venant de son petit-ami. Ce dernier lui a fait clairement savoir que si elle voulait récupérer son téléphone, elle devait accepter qu’il tire d’abord un coup. C’est ainsi qu’il l’a invitée à aller avec lui au domicile d’un de ses amis. Mais la fille a préféré garder son honneur et rentrer bredouille à Fatick. Sidéré par le fait qu’il n’ait pu satisfaire son fantasme sur sa copine, il décide de se venger d’elle. Ainsi, il utilise son compte WhatsApp auquel il avait accès pour envoyer les images obscènes de la fille aux membres de sa famille et à ses contacts. Au lieu de se morfondre, la fille a pris son courage à deux mains pour déposer une plainte au commissariat de Ndamatou. Arrêté, son bourreau, présenté comme un charlatan, n’a pas nié les faits.

Tension politique à Djidah Thiaroye
La tension politique refait surface à Djidah Thiaroye Kaw à l’approche des élections législatives. En effet, la tentative de délocalisation de la commission d’inscription sur les listes électorales jusque-là logée au centre Jacques Chirac a créé des problèmes. D’autant que des militants du Parti Démocratique Sénégalais (Pds), hostiles à la délocalisation de la commission dans les locaux de la mairie de Djidah Thiaroye Kaw, se sont mobilisés pour tenter d’empêcher l’implantation de la commission. Il a fallu l’intervention très rapide de la police de Thiaroye pour ramener le calme. Les limiers ont interpellé 8 personnes avant de les relaxer. Les libéraux chargent le sous-préfet de Pikine Dagoudane qu’ils accusent d’avoir créé l’incident en accordant au maire de Benno Bokk Yaakaar, Modou Guèye, ce qu’il n’a jamais accepté pour le Pds à savoir l’installation de la commission d’inscription à la mairie.

Révision de la convention collective du transport routier
Le Syndicat Démocratique des Transports Routiers du Sénégal (Sdtrs), affilié à la centrale syndicale UTS, exige la révision de la convention collective nationale du transport routier. Ce, pour mettre fin au calvaire des travailleurs qui ne peuvent plus joindre les deux bouts. Le secrétaire général du syndicat, Waly Diabong, demande aux autorités de prendre leurs responsabilités avant qu’il ne soit trop tard. Car, prévient-il, cette frustration générale peut conduire à tout moment à un arrêt de travail.

Marche de transporteurs
Contre la concurrence déloyale des «tiak tiak» et «waat gaindé», des acteurs du transport routier comptent envahir les rues lundi prochain pour dénoncer cette situation. Le point de départ de la procession des chauffeurs membres du regroupement des taxis urbains du Sénégal, selon Pape Idrissa Diaw, est le rond-point de la Rts.

Deux vedettes remises à la Police
Les autorités policières sénégalaises ont réceptionné hier deux embarcations de type Dervinis 620 dans le cadre du projet partenariat opérationnel conjoint (POC) de lutte contre le trafic des migrants et la traite des êtres humains, financé par l’Union européenne. Ces deux vedettes affectées au Commissariat du Port Autonome de Dakar (Pad) ont déjà commencé leurs patrouilles en mer, afin d’effectuer des missions de contrôle et des actions de sauvetage.

Réplique de l’autre camp de la coalition Macky 2012
On annonçait dans notre édition d’hier la décision de la coalition Macky 2012 d’aller aux élections législatives sous sa propre bannière. La polémique s’installe. Car cette coalition connaît une scission. Et c’est la guerre de la légitimité entre les deux camps. La coordonnatrice de la conférence des leaders de la coalition Macky 2012 (un autre groupe de partis, Ndlr), Mme Fatoumata Guèye Diouf, est montée au créneau pour démentir la décision. Elle qualifie le communiqué de l’autre camp de faux. Par sa voix, dit-elle, les leaders de la coalition Macky 2012 se démarquent totalement de ces allégations tendant à manipuler l’opinion. La coalition Macky 2012 réaffirme son ancrage dans Benno Bokk Yaakaar et sa fidélité́ au Président Macky Sall. Les leaders de la coalition Macky 2012 saluent la nouvelle dynamique de la mouvance présidentielle et invitent à renforcer l’unité,́ la solidarité́ et la prise en charge de la diversité́ de la coalition surtout dans la perspective des élections législatives.

Moda Seck volait de l’or dans les maisons huppées
Son mode opératoire laisse croire que Moda Seck est un professionnel dans le vol. Pour commettre ses forfaits, il cible les quartiers huppés de Dakar et se fait passer pour un réparateur de climatiseur envoyé par le chef des lieux. Et pour tromper la vigilance des occupants, il mime de parler au téléphone avec le propriétaire de la maison afin de discuter du prix de la main d’œuvre. Il arrive même qu’il confie des tâches aux naïves domestiques. Le jour des faits, Moda Seck avait demandé à une des domestiques de lui nettoyer les filtres et à l’autre d’aller lui acheter du crédit. C’est une manière de les éloigner afin qu’il puisse cambrioler les lieux. Une fois son forfait commis, M. Seck se rendait au Mali pour écouler l’or dérobé. Comme un crime n’est jamais parfait, il ne savait pas que la maison de Boubacar Badiane qui habite aux Almadies était parsemée de vidéo-surveillances. C’est ainsi que Moda Seck a été alpagué. Après son arrestation, il a fait l’objet de plus de 5 plaintes. Poursuivi pour vol avec usage de véhicule, Moda Seck a été jugé hier devant le Tribunal correctionnel de Dakar. L’avocat de Boubacar Badiane (la partie civile) réclame 25 millions Fcfa au prévenu ; la pharmacienne Fatoumata Gaye demande 30 millions ; le professeur Guèye réclame un million tandis que Ndèye Issa Diop 15 millions. Le parquet a requis 7 ans de prison ferme. Le délibéré sera rendu le 24 mars prochain.