Parrainages citoyens : YAW et BBY passent, Wallu et Gëm sa bopp trébuchent

0
53

Le parrainage citoyen appliqué pour les élections législatives de juillet prochain commence à faire ses premiers dégâts. Pour cause, alors que les coalitions Benno Bokk Yaakaar et Yewwi Askan Wi ont réussi à passer le contrôle de parrainage consécutif au dépôt des listes de candidature, d’autres coalitions ou formations comme Gueum sa bopp de Bougane Guèye Dany, And Nawlé Ligeey de Serigne Mboup, maire de Kaolack, Jammi Goox Yi de Fadel Barro ont été recalées par les services du ministère de l’Intérieur. De même que Wallu Sénégal, selon certaines informations, pour défaut de parrainages. Ces listes recalées ont 48 heures pour rectifier le tir.

Le système du parrainage citoyen, fortement décrié lors de la présidentielle de 2019 pour avoir recalé presque l’essentiel des candidatures pour n’en permettre finalement que cinq dont le président sortant, risque de l’être encore davantage après les Législatives de juillet. Surtout, si on se réfère au sort réservé aux uns et autres au niveau du contrôle des parrainages du ministère de l’Intérieur. Parmi ceux-ci, on relève les coalitions qui ont passé haut la main le dit contrôle et d’autres qui ont été tout simplement recalées.

La coalition Benno Bokk Yaaakar, majorité présidentielle, a ainsi franchi l’étape du parrainage avec 52. 623 parrainages validés sur 55327 fournis. D’ailleurs, le procès-verbal de contrôle de parrainage a été reçu hier, mardi 10 mai, de la Direction générale des élections. Idem pour les listes de Yewwi Askan Wi qui ont été acceptées, après les nombreuses vérifications à la Direction générale des élections, tenant compte de la loi et du règlement relatifs au système de parrainage.

D’ailleurs, la coalition Yewwi Askan Wi, par la voix de son mandataire national, a tenu à remercier et à féliciter tous les Sénégalais qui se sont mobilisés pour parrainer leur coalition, non sans manquer de féliciter « toutes les équipes qui ont travaillé dans la compilation des données ». Le même sort est aussi partagé par la coalition Bokk Guis Guis Ligueye de l’ancien maire de Dakar Pape Diop qui a confirmé ses listes avec 45.471 parrainages. Première à passer l’épreuve, la coalition de Pape Diop a confirmé ses parrainages sur 11 régions sur un total de 55.323 électeurs qui avaient été préalablement déposés à la Direction générale des élections.

A l’opposé de ses coalitions, celle de Bougane Guèye Dany n’est pas parvenue pour le moment à franchir l’épreuve du tamis parrainage. Gueum Sa Bopp a vu ses listes recalées au même titre que celles d’And Nawlé Ligeey de Serigne Mboup, maire de Kaolack, et de Jammi Goox Yi de Fadel Barro. En point de presse organisé dans la foulée de ce rejet hier, mardi, Bougane Guèye Dany, leader de « Gueum Sa Bopp », et les membres de sa coalition ont accusé le gouvernement d’avoir créé des parrains qui n’existent pas dans certaines régions. Qui plus est, ils ont dénoncé un système ténébreux, orchestré par le Chef de l’Etat, à travers son ministère de l’Intérieur. « Le logiciel des parrainages ne reconnaît pas le nom de notre coalition et a enregistré les parrainages pour le compte de « Gueum Sa Bopp » et pour la Grande Coalition « Gueum Sa Bopp ». Ils disent que nous avons 2000 doublons mais le fichier a rejeté plus de 36.000 noms », ont-ils expliqué tout en relevant que « Gueum Sa Bopp » est la troisième force politique de ce pays  ».

Pour sa part, Fadel Barro a aussi indexé le Chef de l’Etat, à travers son ministère de l’intérieur. « Le Président Macky Sall pousse ce pays vers la révolte. Il ne peut pas à la fois être juge et partie. La plupart des conflits dans la sous-région ont pour origine les élections. Pourquoi le Chef de l’Etat ne veut pas qu’on parle des véritables problèmes de la société à l’Assemblée nationale ? Le Sénégal est un pays démocratique. Il n’appartient pas à Macky Sall qui doit organiser des élections transparentes ». Et de poursuivre dans la foulée : « Nous ne demandons rien que la possibilité de participer à des élections libres et transparentes dans ce pays. Demain, nous allons déposer notre lettre de contestation.

En outre, nos avocats ont engagé le combat. Nous avons des juges qui ne sont pas à la merci de Macky Sall ». A noter cependant que les listes rejetées par le contrôle de parrainage ont 48 heures pour rectifier le tir au niveau du ministère de l’Intérieur. Aux dernières nouvelles, l’on apprend aussi que la liste de Wallu Sénégal a été rejetée.

Selon des informations partagées par les médias, le dossier de la coalition « Wallu » a été recalé aussi pour défaut des parrainages nécessaires. La coalition n’aurait validé que 30.356 parrainages sur les 34.580 requis, relève-t-on. Me Wade et ses camarades pourraient cependant régulariser dans les 48 heures et ne pas être ainsi définitivement rejetés et manquer la prochaine législature.