Le Témoin attribue les « déboires électoraux » de Macky Sall à son DirCab, Mahmoud Saleh « Raspoutine »

0
61

Sentract – Dans le Témoin ce vendredi 5 août :

KEEMTAAN GI – GARE AUX TRAITRES !
Les jeux sont faits. Ils sont certes (légèrement !) en tête, mais perdent leur belle et abusive majorité absolue. Celle dont ils abusaient pour se jouer du peuple en adoptant eux veux-tu, en voilà des lois souvent jugées scélérates. On assiste à la fin de leur arrogance avec leur majorité mécanique. Des doigts qui se lèvent avec le sourire narquois, histoire de dire à leurs contempteurs, nous avons le nombre avec nous. Tant pis pour les grincheux ! Cette insolence qui leur a fait voter leur loi si décriée sur le parrainage. Entre autres lois iniques ! Pour une fois, notre auguste Assemblée nationale ne sera plus une chambre d’applaudissements avec des députés qui y seront en villégiature. Ou pour proclamer qu’ils sont les députés du Chef et non de ceux qui les ont élus. Désormais, ça va travailler et toute abstention se payera cash. Une première depuis nos glorieuses indépendances. Et c’est signé par un président dont l’unique ambition était de réduire son opposition à sa plus simple expression. A malin, malin et demi. L’effet boomerang vient de se produire. Une cohabitation ou recevoir une telle raclée, ils n’y croyaient pas. L’un d’eux s’est même autorisé d’appeler en direct pour suspendre une émission télévisuelle. Le crime de lèse-majesté de l’un des invités a été de prononcer le mot qui fâche et que lui, le boss du médium, ne voyait pas comme une éventualité. Ils se sont accrochés à leur belle certitude, niant cette évidence. Et pourtant, le châtiment aurait pu être plus sévère si leurs plus sérieux adversaires avaient fait une bonne communication sur le sens du vote dans certaines localités. Ils seraient là alors à raser les murs. Une raclée qui vient ouvrir une nouvelle ère parlementaire et qui nous rappelle que le peuple n’aime pas les transhumants. Et cela, il faut qu’on le rappelle à certains de ces nouveaux élus de l’opposition. Ceux qui les ont élus, ont fait confiance à une liste et aspirent à un véritable changement. Et personne n’accepterait que leur vote, qui a un sens, soit trahi. C’est dit ! Le peuple n’aime pas les traitres. Il faut en finir avec la transhumance.
KACCOOR BI (LE TEMOIN)

RASPOUTINE
Au lendemain des élections locales de janvier dernier, beaucoup de voix s’étaient élevées pour imputer la responsabilité de la contreperformance de la coalition présidentielle aux mauvaises investitures inspirées par le duo Mor Ngom-Mahmout Saleh. Le premier nommé a d’ailleurs été battu dans sa commune de Ndangalma par Yewwi Askan Wi lors des élections législatives de dimanche dernier. Quant à Saleh, il trône toujours à son poste de directeur de cabinet du président de la République où il n’est manifestement pas à sa place puisque n’ayant pas le profil de l’emploi. Une chose est sûre : depuis que ce trotskiste spécialiste des coups fourrés, des manigances et autres coups d’Etat rampants puis debout est entré à la présidence de la République, le chef de l’Etat n’a pas cessé d’accumuler les déboires et de dégringoler. En effet, plus Saleh et compagnie complotent contre Sonko, plus le leader de Pastef et de Yewwi monte dans l’opinion tandis que, comme dans un mouvement de balancier, la popularité de Macky Sall, elle, décroît. Un conseil à Yewwi : si jamais cette coalition prenait le pouvoir un jour, elle devrait décorer Mahmout Saleh pour services rendus et pour avoir favorisé l’ascension de Sonko vers le pouvoir ! Et si le Raspoutine du Président travaillait en réalité, et en sous-main, pour Yewwi ?

ENCORE LA RTS ET TOUJOURS LA RTS
Si la Télévision nationale Rts a couvert la proclamation provisoire des résultats par la Commission nationale de recensement des votes, elle n’a cependant accordé à l’élément que quelques petites minutes dans son Journal télévisé de 20 h. Un tel évènement n’a même pas ouvert le journal télévisé. Pour Racine Talla, ce n’était certainement pas important. Signe d’une déception ? Tout pousse à le penser. La coalition au pouvoir serait sortie largement victorieuse de ces consultations, que la Rts en ferait de larges diffusions avec des commentaires dithyrambiques à la gloire du Président. Mais voilà que la RTS perd la voix après la proclamation des résultats des législatives de dimanche dernier. Bémol cependant, leur amuseur public, Me El Hadji Diouf, a dignement célébré leur belle victoire. Fallait le voir faire son numéro à la permanence de l’APR !

COMMISSION NATIONALE DE RECENSEMENT DES VOTES  DÉTHIÉ FALL DÉBARQUE SANS PREUVES !
Depuis les premières tendances des législatives 2022, M. Déthié Fall, le coordinateur national de l’intercoalition Yaw-Wallu, multiplie déclarations et accusations en dénonçant des irrégularités dans quatre départements du Nord du pays. Et plus précisément du Fouta. « À titre d’exemple, dans le département de Kanel, à la commune de Bokiladjie, lieu de vote Bambagol, au bureau de vote numéro 1, on ne voit même pas les signatures des représentants des coalitions Yaw-Wallu dans les procès verbaux » a-t-il dénoncé. Avant-hier comme hier jeudi à la salle 4 du Tribunal de Grande Instance de Dakar, les magistrats de la Commission nationale de recensement des votes (Cnrv) ont ouvert grandement les portes et fenêtres à Diéthie Fall pour qu’il fournisse les preuves de ces « Pv » tant décriés. Au finish, il n’a rien apporté ! Et exceptionnellement dans un souci de transparence, les arbitres-magistrats de la Cour d’Appel de Dakar lui ont même permis d’ouvrir et de fouiller toutes les caisses renfermant les procès-verbaux des différents centres et bureaux de vote du Sénégal. Et toute la journée durant, renseigne une taupe du « Témoin » quotidien, Déthié Fall a bien voulu se prêter à cet exercice de fourmi. Hélas, aucun PV frauduleux n’a été trouvé par Déthié Fall. Au contraire, l’homme a voulu faire du dilatoire ou jouer aux prolongations alors qu’il appartient à celui qui saisit un juge de déposer ses pièces à charge pour celui-ci de les confronter avec les Pv reçus et ceux de la Cena. Malheureusement, le droit de regard ou de vérification du mandataire national de l’intercoalition Yaw-Wallu a retardé la publication des résultats alors que la Commission nationale de recensement des votes (Cnrv) avait fini ses travaux depuis avant-hier mercredi. Puisque le coordinateur Déthié Fall ne détenait aucun élément jusque-là, sa demande consistait indirectement à demander à la commission de lui fournir des preuves. Une « demande » décodée qui a fait rire ou pleurer, c’est selon, les membres de la commission nationale de recensement des votes (Cnrv). Des tentatives désespérées qui ont eu pour effet finalement de détendre l’atmosphère de la salle 4 et évacuer le stress et la fatigue des membres de la commission. Sacré Déthié !

THIERNO ALASSANE  SALL,  RÉSOLUMENT  OPPOSANT
Ceux qui espéraient un rapprochement entre la tête de liste nationale de la coalition Aar Sénégal, Thierno Alassane Sall et le pouvoir, peuvent déchanter. L’ancien ministre du président Macky Sall se veut formel : « Nous ne sommes pas des vendus ». Il réagissait après la proclamation des résultats provisoires qui donnent une majorité inconfortable à Benno Bokk Yakaar avec 82 sièges à l’Assemblée nationale. TAS soutient qu’aucun compromis encore moins une compromission me le liera au pouvoir. « Pour l’instant je fais partie de la coalition AAR Sénégal et on ne s’est pas encore prononcé. J’ai aussi mon propre avis. On est résolument du côté de l’opposition, moi en particulier », a déclaré TAS sur les ondes de Sud Fm. Identifié parmi les futurs faiseurs de roi entre le pouvoir et l’opposition à l’Assemblée, l’ancien ministre de l’Energie clôt le débat : « Quand j’ai quitté le président Sall, je l’ai fait pour des principes et jamais je ne vais retourner travailler avec lui, il faut que les choses soient claires ». C’est dit et bien dit. Ce qui fait un député de plus pour l’opposition. A tout le moins, un député indépendant qui ne va pas rallier le pouvoir ! On espère que les deux Pape restants, à savoir Pape Djibril Fall et pape Diop, feront preuve de la même fermeté…

LEGISLATIVES  ABOUBACAR SÉDIKH BÈYE ÉVOQUE LA DÉFAITE DE DIEUPPEUL-DERKLÉ…
A Dieuppeul-Derklé, la défaite du directeur général du Port autonome de Dakar Aboubacar Sédikh Bèye reste le sujet de conversations dans les rues. Cette défaite contre Yewwi-Wallu a surpris surtout par son ampleur puisque sur 50 bureaux de vote, BBY n’a gagné qu’un seul. Des partisans du DG du Port estiment que les populations de Dieuppeul-Derklé n’ont pas rendu la monnaie de la pièce à l’homme qui a réussi à transformer sans être maire le décor de ce quartier de Dakar. Des édifices religieux au pavage, en passant par le sport, l’entreprenariat-formation-éducation, le patron du Port de Dakar s’est véritablement donné à fond pour son quartier. Toutes les mosquées (Cité Prestation, Castor, Cheikhou O. F. Tall, Gayenne) et l’Eglise Martyrs de l’Ouganda, le pavage (mosquée Mame Abdou Dieuppeul, mosquée Liberté 5B, ruelle pharmacie Médoune Thiam, ruelle PTT, 2 ruelles Cité Marine Basse) ont bénéficié à toutes les mosquées. Le sport (terrain synthétique Bourguiba, subventions aux ASC navétanes, à l’équipe de basket DBALOC, équipements des écoles de foot, billets coupe d’Afrique), l’emploi-formation des jeunes (plus de 200 emplois créés, 63 thiak-thiak offerts, 25 bourses aux métiers portuaires, plus de 180 bourses d’études supérieures, réfection et équipement salle informatique Cem Ousmane Socé Diop…) n’ont pas été en reste. Un engagement massif qui n’a pas été sanctionné positivement par les populations de Dieuppeul-Derklé. Les partisans de Aboubacar Sédikh Bèye sont persuadés qu’il y a eu quelque part une trahison interne au sein de BBY pour empêcher le triomphe du patron du Port qui jouit d’une vraie popularité dans le quartier.

 …ET REMERCIE SES PARTISANS ET FÉLICITE LES VAINQUEURS
Ne quittons de sitôt le fils de Dieuppeul-Derklé. Aboubacar Sédikh Bèye n’affiche pas un air d’homme abattu. Il est resté debout et digne dans l’épreuve. « Les élections législatives ont vu les populations de Dieuppeul-Derklé s’exprimer sur leur choix en vue de la prochaine législature à l’Assemblée Nationale. Je voudrais ici les remercier, ainsi que tous qui nous ont accompagnés lors de la campagne et qui ont voté BBY. Nous sommes conscients de leur attachement et de leur engagement à tout point de vue. Néanmoins, il faut accepter que, dans une démocratie, nous pouvons gagner mais aussi perdre » a-t-il indiqué dans un post sur sa page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici