ABDOULAYE SAYDOU SOW BATAILLE POUR LA MAIRIE DE KAFFRINE : « Quand l’heure de la Tabaski viendra, mouton saura »

0
80

 

(Tract)- Dimanche soir, la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) de Kaffrine, sous la houlette du responsable local de l’APR, le ministre Abdoulaye Saydou Sow s’est livré à une véritable démonstration de force à Kaffrine. C’était lors d’un meeting de remerciements aux populations de Kaffrine pour « l’accueil mémorable » réservé au Président Macky Sall, samedi dernier, à l’occasion de l’inauguration de l’hôpital régional Thierno Birahim Ndao et de la route Kaffrine-Nganda.

Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, qui a été accueilli à l’entrée de la ville par une horde de jeunes habillés aux couleurs de l’APR, s’est dit « heureux de me retrouver ici avec vous, pour vous dire merci». Soulignant que « tout Kaffrine s’est mobilisé pour réserver cet accueil mémorable au Président Macky Sall», il a révélé que le chef de l’Etat s’est réjoui lors du Conseil des ministres, mercredi dernier, de la forte mobilisation des Kaffrinois pour le recevoir.

«Le Président de la République a eu des mots que je n’ai jamais entendu d’un Président envers Kaffrine. Ces propos font la fierté de tous les Kaffrinois. En tout cas, moi je suis fier d’être Kaffrinois», a-t-il asséné en présence de presque tous les responsables de la coalition et des partis alliés de la région, lors du meeting tenu devant le siège de l’APR devant un monde fou.

 

«Le passé je l’assume totalement, je ne le renie jamais »

Abdoulaye Saydou Sow n’a pas manqué de solder quelques comptes dans son discours. «J’ai entendu un ancien ministre dire que ce que Abdoulaye Wade a fait à Kaffrine, personne ne l’a fait ici. Je je lui dis tout simplement que j’ai été avec Wade pour qui j’ai beaucoup d’affection. Pour autant, la réalité des faits est là. Le passé je l’assume totalement, je ne le renie jamais. Cependant, il faut qu’on se dise la vérité. Si on fait le bilan, avec Abdoulaye Wade, on a eu la mairie qu’il a édifié à 200 millions, le conseil département à 125 millions, le commissariat de police à 300 millions, le lycée à 200 millions. Si on fait le total, en 12 ans d’investissement tout ça ne fait pas 3 milliards, même lorsqu’on arrondit », a-t-il noté.

Et d’ajouter : « J’assume ce bilan, parce que j’en faisais partie, je l’assume totalement. Durant ces 12 ans, pour le financement de tous les projets des jeunes, c’est 400 millions qu’Abdoulaye Wade a mobilisé. Macky Sall, en 8 ans seulement, c’est un hôpital à 20 milliards à Kaffrine, la route Kafffrine-Nganda à 12 milliards, la sphère administrative à 12 milliards. Est-ce que celui-là, on peut le comparer à quelqu’un d’autre ?  Certainement pas. Parce que personne n’a jamais fait autant que Macky Sall à Kaffrine. Je dis à ceux qui s’agitent, qui contestent l’action de Macky Sall à Kaffrine, qu’ils ne connaissent pas le Kaffrine d’hier. Ils n’ont pas vécu les combats de jeunesse que nous avons menés pour sortir Kaffrine du sous-développement. Quand on est ignorant, qu’on ne connaît pas Kaffrine, qu’on n’y est pas né, qu’on n’y a pas grandi, qu’on y a pas fait ses humanités, on ne peut que raconter des histoires sur Kaffrine».

 

«Quand l’heure de la Tabaski viendra, mouton saura»

D’après lui, Macky Sall va accorder un financement 3 milliards aux jeunes de Kaffrine à qui il réserve aussi 1100 emplois dans le programme d’emplois des jeunes.

Par ailleurs, il s’est réjoui de l’engagement et de la mobilisation des militants et responsables de ma majorité et les a appelés à l’unité.

Il est aussi revenu sur la bataille pour la mairie. «On raconte que j’ai dis que je serais maire par force. Je n’ai jamais dit ça. Par contre, j’ai bien dis qu’on va changer le visage de Kaffrine, même par la force. Je le dis ici, dans un an, celui qui passera par Kaffrine, verra ce changement. On va changer la ville totalement et entièrement », a clamé Abdoulaye Saydou Sow, avant d’adressé un message aux jeunes.

Aux jeunes, je dis de laisser tous ceux qui s’agitent le faire, parce qu’on est en démocratie. Mais quand l’heure de la Tabaski viendra, mouton saura », a-t-il tonné dans une ambiance de folie, avant de mettre le curseur sur les inscriptions sur les listes électorales arrivent : « Soyons vigilent sur ce processus d’inscription sur les listes électorales. On y veillera et on fera le nécessaire. Nous devons surveiller les inscriptions et le processus électoral.

Tract