(Sentract)- Invité de l’émission sportive, « Galaxie » de la RTS 1 pour décortiquer le dernier match du Sénégal-Congo samedi dernier stade de Lat Dior de Thiès, soldé par la victoire des « lions » (2-00) de Ismaila Sarr.  L’ancien arrière droit Ferdinand Coly déclare que l’équipe du Sénégal doit refuser de se satisfaire de ses résultats actuels et se tenir prête à faire preuve de plus d’engagement dans les prochaines rencontres » fait-il savoir.

 Saluant la victoire des poulains de Aliou Cissé, les joueurs doivent s’attendre à faire face à des adversaires « mieux outillés que ceux rencontrés lors de ces éliminatoires de la Coupe du monde, ils ont parfois gagné sans forcer leur talent », a fait valoir l’ex Manager général des « Lions ». Et de faire savoir qu’en  termes d’engagement et de niveau, il y a eu dans d’autres poules des matchs plus relevés que ceux joués par l’équipe nationale. Et doit être prête à faire face à de telles adversités dans un futur proche.

 « Si on n’est pas prêt à élever son niveau de jeu, ça peut être difficile », a-t-il averti. Et de rappeler l’expérience douloureuse de 2012’ quand le Sénégal, classé parmi les favoris, avait été éliminé dès le premier tour avec trois défaites au premier tour. « L’expérience doit aussi servir à ça », a-t-il conseillé selon Aps.

 Le Sénégal qui est doté  d’un potentiel exceptionnel, mais  se doit d’être ambitieux « et ce n’est pas en contradiction avec l’humilité », a suggéré l’ancien Manager général des Lions.

 Il souligne qu’à côté des consignes du sélectionneur national, Aliou Cissé, il attend beaucoup « des joueurs au niveau de l’investissement. Il y a une part d’investissement des joueurs dans ces grandes compétitions, ils jouent pour eux-mêmes, les supporters et leurs familles », a insisté Coly.

Selon lui,  l’équipe nationale a le potentiel de gagner cette CAN, mais cela passe justement par un grand investissement des joueurs, par un collectif, parce que les individualités ne vont pas suffire.  Et de dire qu’il y a d’autres candidats au titre en février prochain. « L’esprit de groupe fait souvent la différence dans ces genres de compétition », a dit le finaliste de la CAN 2002 et quart de finaliste de la Coupe du monde la même année.

Sentract                                                                               

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici