INITIATIVE SENEGAL VERT DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Le Parc forestier urbain Dakar-Yoff, futur poumon vert de la capitale prend forme

0
110

 (Tract)- Le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, et ses collègues de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, et de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdoulaye Saydou Sow, ont dévoilé, la semaine dernière  le nom du cabinet vainqueur du concours international d’architecture pour l’érection du Parc forestier urbain de Dakar-Yoff. D’une superficie de 10 hectares, ce futur poumon vert de la capitale, dont la réalisation va prendre 12 mois, sera édifié par le cabinet d’architecture Marseillais Djellali.

En président la cérémonie, hier, le ministre des Finances a rappelé que « le président de la République, dans le cadre de l’initiative ‘Sénégal Vert’, à instruit le gouvernement de réserver une zone de 10 hectares dans l’ancien aéroport Léopold Sédar Senghor, dédié au projet de parc forestier urbain de Dakar-Yoff. C’est le fruit une profonde analyse environnementale du processus de développement urbain de Dakar qui a de sérieux problèmes pour la promotion des espaces verts lié à l’urbanisation ».

Il a ainsi souligné qu’« hormis la zone des Niaye, dont l’écosystème est menacé par une pression foncière de plus en plus aigu, le paysage de la capitale est caractérisé par un déficit de poumon vert. Les points verts qui résistent encore plus ou moins à cette pression date de très longtemps. Il s’agit notamment de la bande des filaos implanté le long de la grande côte, de la forêt classée de Mbao et surtout du parc forestier de Hann, crée en 1903 par le gouverneur Marshal Mermé, dont les aménagements et les plantations d’arbres réalisé à cette occasion ont par la suite justifiée le classement de la zone en 1935 et de son érection en Parc Forestier et géologie ».

« Ainsi, dans la nouvelle stratégie de planification et de gestion du développement de nos villes, il devient opportun de renforcer la prise en compte des nouveaux aménagements paysagés. C’est fort de ce constat que sur la presqu’îles  du Cap-Vert, notamment le domaine de l’aéroport militaire Léopold Sédar Senghor de Yoff, le chef de l’Etat a décidé d’ériger un parce forestier d’urbain moderne d’une superficie de 10 hectares qui rempli les fonctions, à la fois écologique, économique, sanitaire, sociale et culturelle, notamment l’oxygénation, l’épuration ambiante, l’insonorisation, le confinement et la dispersion du bruit urbain aéroportuaire, l’atténuation de la pollution atmosphérique, la séquestration du carbone, la préservation de la biodiversité faunique et végétale, l’amélioration de la santé par la pratique sportive, la réduction de stress et l’anxiété », a-t-il ajouté.

Abdoulaye Daouda Diallo a noté que « plusieurs actes concrets ont été déjà posé, notamment la signature de décret 2021-168 du 21 avril 2021 portant création et classement du parc forestier urbain de Dakar-Yoff. La prise de l’arrêté conjoint numéro 296 du 14 janvier 2021 optant création d’un comité de pilotage du projet d’aménagement du parc forestier de Dakar-Yoff. La signature de l’arrêté 15-161 du 14 avril 2021 instituant le jury pour le concours international d’architecture du projet d’aménagement du parc forestier urbain de Dakar-Yoff, l’organisation d’un concours international d’architecture qui a noté la participation historique de 15 soumissionnaires, traduisant ainsi les intérêts que les architectes et les groupements d’architecte manifestent pour ce projet et la pertinence à organiser le concours ».

« Aujourd’hui, nous procédons à la présentation et au lancement du projet, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par le cabinet qui a été donc sélectionné premier, le cabinet atelier d’architecture Djellaly pour la réalisation du parc forestier urbain de Dakar-Yoff, ainsi que la remise des prix au 2e et 3e lauréats. C’est le lieu de féliciter mes collègues en charge de l’Environnement, Abdou Karim Sall, et de l’Urbanisme, Abdoulaye Saydou Sow, ainsi que Victorine Ndéye pour leur engagement à faire de ce projet une réalité », a-t-il lancé, précisant que Djellali a été primé devant le cabinet Willmotte et associé et le groupe BSD, du sénégalais Bouna Semou Diouf, arrivés respectivement 2e et 3e.

« Donc, c’est avec l’atelier Djellali que nous allons signer le contrat de maîtrise d’ouvrage. Il a été fondé à Marseille sous l’impulsion de Chafik Djellali », a noté M. Diallo, selon qui, « ce projet de parc urbain forestier est un challenge que vous avez compris et que vous réalisez, je l’espère conformément à l’attente du chef de l’Etat et pour le bienêtre des population Dakaroises ».

Tract